Notre cycle d’études sur les classes moyennes

 

Mars 2012 – Camp contre Camp

Les Français des classes moyennes face à la campagne présidentielle.

« Quand je regarde autour de moi les Français qui constituent la classe moyenne dans son ensemble, celle qui est imposable et qui voit son pouvoir d’achat diminuer de façon inquiétante, celle que l’on sollicite toujours pour faire plus d’effort, payer plus d’impôts, celle qui se lève tôt le matin, et ne peut plus partir en vacances, celle qui croit encore – mais pour combien de temps – aux valeurs de respect, de justice, d’honnêteté, force est de constater que ces Français là sont désemparés et de plus en plus en colère. »

Les sujets qui sont au centre du jeu : emploi, pouvoir d’achat, inégalités, fiscalité sont toujours les mêmes… Mais c’est la façon d’en parler qui change : une bataille de valeurs, une bataille sur la vision de la France de demain.

Pour consulter les résultats :

 Télécharger

 

Janvier 2012 – Classes moyennes sous tension

Les Français des classes moyennes face à la campagne présidentielle.

«Voici une superbe année en perspective où mon triple A personnel à conserver sera : Assez d’Argent pour Alimenter ma famille.»

Entre urgences et espérances – un pas de plus est franchi pour les classes moyennes.

Cette nouvelle enquête met en lumière 3 points majeurs: la noirceur du climat et des esprits quand on aborde la question des défis à venir, le durcissement du jugement à l’égard des politiques et de la campagne présidentielle actuelle, l’appel aux grandes entreprises françaises pour mettre leur pouvoir au service du collectif quand les politiques semblent dépossédés de leur pouvoir.

Pour consulter les résultats :

Télécharger

 

Septembre 2011 – Révolution républicaine, révolution économique

Les Français des classes moyennes en attente de changement face aux bouleversements du monde

“La relance économique passe, je le répète encore une fois, par une meilleure et plus juste redistribution des bénéfices réalisés. Il n’y a, dans mon propos, aucune volonté de ‘taper’ sur le patronat. Mais il ne faut pas confondre petites et moyennes entreprises qui, sans nul doute, souffrent de la situation présente, et trusts mondiaux. Ces derniers devraient donc s’engager, lorsqu’ils sont implantés sur le territoire français, sur la voie du partage de leurs richesses. Lorsque ces grands groupes auront compris que redistribuer une part de leur richesse, c’est créer de fait des consommateurs, ils auront tout compris. Allons messieurs les décideurs d’entreprises, faites le choix de donner la priorité à votre attachement à votre pays et devenez pour une fois RESPONSABLES. Dans ce cas, et dans ce cas seulement, vous ne serez pas COUPABLES.”

Mieux comprendre comment ces Français comprennent les turbulences économiques qui secouent le monde et en particulier l’Europe et la France depuis l’été, comment ils lisent les réponses apportées non seulement par le gouvernement (à travers les mesures de rigueur annoncées par le Premier Ministre le 24 aout), mais aussi par les partis ou les hommes politiques qui se lancent dans la campagne présidentielle de 2012, comment ils formulent leurs attentes et leurs exigences pour permettre à la France de trouver un nouvel élan.

Pour consulter les résultats :

Télécharger

 

Février 2011 – Entre urgences et espérances

« Les motifs d’espoir doivent venir de ceux qui nous gouvernent. Ils doivent nous faire rêver et nous donner un projet de société au lieu de toujours nous parler impôts, taxes, pessimisme ambiant et autres faits. Ras le bol des augmentations d’électricité, de gaz et du coût de la vie destinées aux copains de nos dirigeants. Ces mêmes dirigeants devraient nous donner de l’espoir, un vrai projet d’avenir pour nos enfants. »

Le climat lourd dans lequel la France vit actuellement, et la succession de sondages, d’enquêtes, d’articles de presse sur un pessimisme « à la française » dressent le portrait de Français fatalistes, désabusés, sans ressort face à l’avenir, uniment et unanimement négatifs. Courageux, peut-être, mais dépressifs avant tout.

Mais « Eux », au-delà des chiffres et des photographies qui sont prises d’eux et qui donnent toujours une image qui, même si elle n’est pas inexacte, est celle d’une « France vue d’en haut », comment se vivent-ils ? Comment s’annoncent l’année 2011 et les échéances très importantes de 2012, vues « à hauteur d’homme » ? Quels sont leurs mots, leurs réflexions, leurs urgences et leurs espérances en 2011 ?

Pour consulter les résultats :

Télécharger

 

Mars 2007 – Les graves et les aigus

Mieux comprendre la campagne présidentielle de 2007, c’est entendre la violence, la souffrance, l’espérance que les Français expriment quand ils se parlent des élections.

« Tout comme les médias, les instituts de sondage doivent avoir un panel bizarrement constitué, car les résultats ne paraissent pas conformes à ce qui se dit ici ». Salarié du privé
« Je ne sais pas pour qui voter, je les écoute quand même si eux ne nous écoutent pas. » Femme

Quelle est la perception des indécis des classes moyennes sur la campagne présidentielle et ses quatre principaux acteurs à l’issue d’une 1ère étape des élections où les candidats se sont largement exprimés sur les sujets majeurs de préoccupation des Français ?

L’éclairage qu’offre cette investigation qualitative on line ayant mobilisé 250 électeurs indécis des classes moyennes pendant 2 semaines, entre fin février et début mars 2007, permet de porter un regard différent, plus dynamique, plus humain et moins
«photographique», sur l’état des esprits et des forces en présence. Une écoute qui n’élimine pas les graves et les aigus, mais fait entendre la souffrance, la violence ou l’enthousiasme qui donnent son timbre à la voix des électeurs. Cette voix qui se fera entendre demain dans le vote, dans la réalité.

<
Télécharger

 

 

Restons en contact

Twitter
Facebook

No recent Facebook posts to show