L’exit par l’exil

 

« C’est fou de se dire qu’on aura, sans doute, plus de perspectives à l’étranger qu’en France. Courage ! »*

Quitter la France pour rentrer sur le marché du travail, c’est la tentation de près de 4 étudiants sur 5 actuellement en dernière année d’une grande école en France**.

Les jeunes français ne sont pas épargnés par le pessimisme déjà constaté chez leurs aînés. Ils ont la perception que leur pays va mal. Que la situation a peu de chance de s’améliorer et que les leviers d’amélioration ne sont pas là.

S’imaginer un avenir à l’étranger c’est pour eux éviter d’être projeté dans une réalité de vie parfois très dure, que certains peuvent déjà observer à travers les difficultés rencontrées par leurs parents ou leurs proches, en termes de pouvoir d’achat et d’accès à l’emploi.

Se construire un avenir hors de France, c’est aussi refuser de vivre le même échec des promotions précédentes : en avril 2013, seuls 64% des jeunes diplômés (Bac+ 4 ou plus) étaient en poste (contre 77% en 2008)***.

* (09/10/2013) Commentaire de Nouvellemoi971 sur 20minutes.fr
** (2013) Etude Harris Interactive
*** (2013) Baromètre APEC
Crédit illustration : Gilles Warmoes
 

Pour en savoir plus sur les jeunes Français :

Consultez notre étude => « Génération C. C comme Crise. C comme Consommation d’après »

 

Restons en contact

Twitter
Facebook

Offre d’emploi/ planneur stratégique-chargé(e) d’étude qualitative FreeThinking, laboratoire d’études communautaires et de planning..

0 comments11 months ago